Joséphine de Galard de Brassac de Béarn, princesse de Broglie

Bien que le portrait soit devenu un art qu »il a progressivement abandonné, Ingres a représenté plusieurs personnalités de premiers plan de son époque. Ce magnifique tableau de Joséphine-Eléonore-Marie-Pauline de Galard de Brassace de Béarn, princesse de Broglie est son dernier portrait commandé par une femme. La princesse, membre des cercles les plus cultivés du Second Empire, était renommée pour sa grande beauté autant que pour sa réserve, deux qualités capturées par Ingres dans ce portrait. L »aisance d »Ingres à retranscrire brillamment  la qualité des objets et des matériaux se retrouve ici dans la représentation du satin et de la dentelle de la robe de la Princesse, dans la damasseriez de soie et dans l »écharpe de soirée richement brodée. Les détails des bijoux somptueux incluant le pendentif d »inspiration antique autour de son cou sont également admirablement rendus.
joséphine-de-broglie-ingres

La Princesse de Broglie meurt de phtisie à l »âgée trente cinq ans. Son mari, en deuil, a gardé ce portrait caché derrière des rideaux, en hommage éternel à sa mémoire. Il est resté propriété de la famille jusqu »à son acquisition récente par Robert Lehman et il conserve toujours son cadre original richement sculpté, choisi par Ingres lui-même.
Il est visible au Metropolitan Museum of Art à New York, dans la collection Robert Lehman.

Traduction de l »article du MET (voir ci-dessous) par Roch Marie de la Garde
Jean-Auguste-Dominique Ingres  (French, Montauban 1780–1867 Paris)
Robert Lehman Collection, 1975 au Metropolitan Museum of Art , Manhattan, New York, United States
Although portraiture was a genre he increasingly came En quelques minutes, vous pouvez maintenant vous inscrire a un casino , un bonus et devenir des jeux de casino rapide et amusant gratuitement. to dislike, Ingres depicted many of the leading personalities of his day. This splendid painting of Joséphine-Eléonore-Marie-Pauline de Galard de Brassace de Béarn, princesse de Broglie, is his last commissioned portrait of a female sitter. The princesse, a member of the most cultivated circles of the Second Empire, was renowned for her great beauty as well as her reserve, both qualities captured in this portrait. Ingres »s facility for brilliantly transcribing the material quality of objects is seen in the rich satin and lace of the sitter »s gown, the silk damask upholstery, and the richly embroidered evening scarf draped across the chair. Also rendered in exquisite detail are the princesse »s sumptuous jewels, which include the fashionable antique-inspired pendant around her neck.
The Princesse de Broglie died of consumption at the age of thirty-five. Her bereaved husband kept this portrait behind draperies in perpetual tribute to her memory. It remained in the family until shortly before it was acquired by Robert Lehman and retains the original, ornately carved frame that Ingres himself selected.
Source : http://www.metmuseum.org